Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est qui nous?

nous c'est les aventures de ELLE et LUI à Okayama au Japon

*

dernières news
 (juin 2011) :

Okayama c'est ELLE, LUI, petite ELLE et maintenant petit LUI !!

*

Un voyage au Japon prévu cette année ... ? On espère...


*

pour nous contacter c'est par ici...

Au cas où tu voudrais des infos précises, une recette de cuisine, un avis politique, ... si tu veux des sous va voir ailleurs !

On continue de répondre à tous les émails, alors n'hésitez pas

(mis à jour en 2012). 

Trouver

Site à l'usage des hypothétiques futurs habitants français à Okayama et des autres curieux...

Mois Par Mois

météo aujourd'hui

météo du jour à Okayama

16 novembre 2006 4 16 /11 /novembre /2006 10:17

Quand je vais en ville, je veux dire dans la partie de la ville de Okayama qui ressemble à un centre ville comme on peut l’entendre en France, j’y vais le plus souvent en vélo. Ca fait une ballade d’à peu près 3 km mais je les fais quand même. Pourquoi ? Parce que la ville est construite dans une plaine et que la seule vrai pente que je connaisse c’est celle de la rampe d’accès au parking niché sur le toit d’un de nos supermarchés, parce que j’aime faire du vélo et prendre l’air après avoir passé toute ma journée dans une pièce climatisée est un de mes plaisirs, parce que prendre la voiture en ville n’est pas écologique, parce que les prix des parkings sont très chers et qu’en tant que Français je n’ai jamais été habitué à payer ce service de façon systématique, et parce que je peux laisser mon vélo n’importe où… et bien pour cette dernière affirmation, ce n’est pas vrai. A Okayama, il y a tout un périmètre, autour de la gare, correspondant à plusieurs pâtés d’immeubles, interdit au stationnement des vélos dans la rue. Alors comment on fait ? C’est simple on met son vélo au garage payant (O_O). Disons plutôt que les Japonais utilisent les garages payants, car moi si je peste de devoir à tous les coups payer pour la voiture, vous pouvez imaginer que payer pour stationner mon vélo, là je deviens carrément dingue. Donc tout autour de la gare on peut rencontrer ce genre de mécanisme :

une rue dans le centre de Okayama

 

 

Ce sont des cadenas à vélos où pour la modique somme de XXX yens vous pouvez accrocher et abandonner en toute sécurité votre monture à deux roues pendant que vous allez acheter un sac Vuitton ou une baguette chez Fauchon. Vous aurez remarqué que je n’ai pas mis le prix exact pour la simple et bonne raison que je n’ai jamais utilisé ces trucs. Alors moi comment je fais ? Je vous donne ma méthode. Je laisse mon vélo soit devant un combini où s’entassent déjà 15 engins, je le stationne juste à la limite de la zone interdite, je le mets n’importe où sans me soucier des conséquences, ou la plupart du temps je le laisse devant le building du centre international qui est en plein dans la fameuse zone mais où on peut stationner son vélo sans problème (ne cherchez pas la logique dans tout ça). Finalement le plus bizarre et que j’ai du mal à comprendre, ce sont les Japonais qui payent pour accrocher leurs 2 roues.

Allez, pour finir, ne croyez pas que je sois le seul à faire comme ça. Les vélos s’entassent partout en centre ville du coup il y a même des clubs de retraités volontaires pour accrocher des petits papiers vous invitant à dégager vite fait. Et puis moi aussi j’ai déjà mis mon vélo au garage payant de la gare, moi aussi je me japonise. Il faut aussi dire que la fois où ELLE avait laissé son vélo tout un week-end dans la rue cela avait fini de façon imprévue.

Repost 0
Published by LUI - dans vivre
commenter cet article
11 novembre 2006 6 11 /11 /novembre /2006 08:25

Ce matin on a reçu un petit email d’une personne qui nous disait que 2 de ses commentaires n’étaient pas apparus sur nos articles. Rassurez vous il n’y a pas eu de censure sur ce blog (pour l’instant). J’ai bien repéré un ou deux fois quelques commentaires de gens qui voulaient juste se faire de la pub, mais en général nous ne recevons que des commentaires de sympathiques habitué(e)s.
Mais ce petit email reçu m’a fait me dire qu’il y avait peut être d’autres personnes à qui cela était arrivé et qu’elles ne s’étaient jamais manifesté.
Alors aujourd’hui je lance la grande foire aux commentaires !!! Le but…eh bien que tout ceux qui viennent régulièrement sur ce site (plusieurs dizaines chaque jour) et qui ne se sont jamais manifestés laissent une trace de leur passage ici au moins une fois dans la vie de ce blog (je pense particulièrement à … non, je ne dénoncerai personne mais ils se reconnaîtront). Je vous préviens c’est votre seule et unique chance (j’essaie de vous mettre la pression). Vous avez donc tout le week-end pour nous dire ce que vous voulez. Je vous souffle 2, 3 idées au cas où vous ne sauriez pas quoi écrire par exemple combien notre site est génial, comme les photos sont magnifiques et comme mon style ferait pâlir d’envie Proust, Fred Vargas,Terry Pratchett, San Antonio, Barbara Cartland, etc.


En cadeau une photo tres personnelle de nos pieds en cure à Yumura Onsen.
 nos pieds dans l'eau chaude. Très intéressant non ?

Et pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un commentaire ou ne savent pas comment en écrire un, je suis désolé mais votre cas est désespéré et je ne peux vraiment plus rien pour vous il suffit de cliquer sur ajouter un commentaire juste en dessous de cet article (après il n’y a plus qu’a écrire votre message).

Repost 0
Published by LUI - dans vivre
commenter cet article
8 novembre 2006 3 08 /11 /novembre /2006 08:29

Voilà, aujourd'hui ça fait un an tout pile qu'on a commencé ce blog. C'est son premier anniversaire. On l'a commencé alors qu'on avait déjà passé un an au Japon (enfin presque puis qu'on est arrivé le 30 novembre). Vous aurez donc remarqué que le message d'accueil n'est plus vraiment à jour!
Le premier article concernait le Sanma, ce n'est pas du tout parce que je ne pense qu'à manger comme se le diront certains (oui oui je vous connais, enfin, vous me connaissez) mais parce que c'était de saison!. Depuis on a écrit 222 articles, c'est pas mal non? en ôtant les week-ends ou on a d'autres choses à faire, comme ça enfin non, plutôt ça en fait. En un an, le nombre de lecteurs n'a fait qu'augmenter et on est bien contents, alors merci tout le monde.

Et pour finir, pourquoi une photo de vaches devant le Daisen? Et bien parqu'elle est belle et que moi, les vaches, j'aime bien.

anniversaire
Repost 0
Published by ELLE - dans vivre
commenter cet article
7 novembre 2006 2 07 /11 /novembre /2006 07:31

Aujourd’hui un problème très important causé par ma vie de tous les jours au Japon et qu’il me faut résoudre. Que faire de sa main gauche* à table ? C’est le genre d’interrogation existentielle qui me rappelle la fameuse question posée par le malintentionné Allan au Capitaine Haddock : « dormez-vous la barbe au dessous ou au dessus du drap ? » Les passionnés de Tintin me comprendront…

Drôle de question me direz vous ? En fait, non pas tellement. Au Japon je vous rappelle qu’on mange avec des baguettes pendant tous les repas. Ok, nous on saute le petit déj’, on préfère le traditionnel pain, beurre confiture, café…mais cela n’empêche pas qu’on utilise les baguettes très souvent. Et les baguettes ça ne se tient que d’une seule main, …en général ;-)


Petit pause sushi sur le bord de la rivière Asahi à Okayama


Alors, quand je suis à table (ou en pique-nique), ma main droite est occupée à attraper les grains de riz, le calamar qui se débat, le plus difficile à saisir restant à mon avis un œuf dur entier, cuit dans le bouillon de l’oden. Mais ma main gauche est totalement inoccupée pendant ce temps là. Qu’est ce que je peux en faire ? Je m’aperçois souvent que je pose le coude gauche sur la table, le bras plié devant moi et me servant d’appui. Mais cette position est non seulement disgracieuse mais aussi très incommode à long terme. Ainsi, des fois je me surprends à m’incliner le nez vers mon bol de nouilles. Je me courbe petit à petit, pliant le buste tel une obachan (grand-mère) allant au supermarché du coin et poussant son déambulateur à roulette.

 

En avant !!!!
Original de cette photo ICI

 

 

Je me dis alors « redresse toi ! » Mais comment je faisais avant ? C’est simple j’avais un couteau ou un morceau de pain pour saucer. Pas facile tous les jours la vie au Japon… ;-)
 

* Pour les gauchers remplacer droite par gauche et gauche par droite dans le texte.

Repost 0
Published by Lui - dans vivre
commenter cet article
4 novembre 2006 6 04 /11 /novembre /2006 00:00

Juste pour vous occuper ce week-end, chers lecteurs du monde entier, vous qui êtes devant votre ordinateur plutôt qu’en train de vous balader dehors (au fait il parait qu’il fait froid en France ?) j’ai une question pour vous ?
Nous allons rentrer en France l’année prochaine pas assez tôt pour la galette des rois ou même mardi gras mais assez pour aller jouer à la grande foire des élections présidentielles.
Mon problème c’est que la mairie de Paris où j’habitais auparavant m’a rayé des listes électorales quand j’ai quitté la France, alors que moi je ne demandai qu’à jouer les faux électeurs du 20ème arrondissement.
Alors depuis quelques temps j’ai commencé à chercher comment faire pour m’inscrire sur une liste électorale. Le problème c’est que je n’ai pas d’adresse en France. Je me suis adressé à divers services administratifs français via Internet et à chaque fois ils me disaient (les hommes en gris) que mon cas était particulier (oui merci beaucoup je le savais déjà) et ils me renvoyaient vers un autre service. Bref je n’ai toujours pas de réponse à ce problème. Alors si une des personnes qui passe par ici a une idée, merci de me le faire savoir.

Sinon, comme on avait décidé, ELLE et moi, de mettre toujours une photo dans les articles de ce blog, j’en ai trouvé une, dans nos archives, qui a un rapport avec les élections (heu, peut-être, je crois…). C’est une affiche qui est placardée dans nos rues en ce moment. Je crois que c’est un candidat pour une élection quelconque… Vous remarquerez qu’il se prend à peine pour une vedette celui là ? Z’avez vu le petit superman en bas de l’affiche ? avec un Y comme Yamamoto (山本) s’il vous plait…

 

le sauveur des électeurs

Repost 0
Published by Lui - dans vivre
commenter cet article
3 novembre 2006 5 03 /11 /novembre /2006 01:09

 *Je mets moins de 10 minutes pour manger mon bol de nouilles (même les supéshialu avec un gros morceau de viande et 1 œuf).

*Je dis au moins 20 fois par jour "sugoiiiiiiiii" "sô desu ka" "kowai", "kawaiiiii".

*
Je me précipite vers l'escalator et une fois dessus, j'attends tranquillement d'être en haut.

 *Je dis "je vous prie (dozo), mais non allez-y, sisisisisi j'insiste" à la vieille dame quand il ne reste plus qu'une place assise dans le shinkansen au lieu de m'y précipiter (parce que je vais plus vite qu'elle héhé!) alors que vraiment ça craint de voyager debout, surtout au prix du billet.

au secours je me japonise

*je me suis promenée dans Paris avec un t-shirt violet, un pantalon rouge et un grand pull jaune par-dessus sans me poser de questions jusqu'à ce que ma sœur me demande si j'avais des problèmes d'argent.

*d'ailleurs j'en dépense plus qu'au début de l'argent.

*j'ai pensé, 1 minute 10 seulement mais très sérieusement à m'acheter un sac Louis Vuitton.

 *j'ai acheté de la crème de jour anti-UV.

*j'ai acheté une ombrelle.

*je mange des onigiris alors que je n'aimais pas le riz.

 *je m'incline pour saluer !!! (légèrement mais quand même).

*je n'allume plus la lumière de mon vélo le soir.

*je présente mon verre à 2 mains au lieu de me resservir moi-même (ce qui n'est pas très discret passé un certain nombre de verres).

* quand on me demande si tel endroit est intéressant au Japon, je réponds "oui, les udons y sont excellentes".

*j'ai fait un voyage en France de 5 jours (Paris et Province).

*je travaille en chaussons.

c'est grâve???

 

Repost 0
Published by ELLE - dans vivre
commenter cet article
27 octobre 2006 5 27 /10 /octobre /2006 06:41

Tous les mercredis on se rend au Centre International pour un cours de Japonais. Jusque là, rien de bien terrifiant, quoique les tonnes de photocopies d'exercices que nous donne O. Sensei pour notre préparation au JLPT, auraient de quoi faire fuir plus d'un amateur de la culture japonaise. En fait, si, il y a quelque chose qui me terrifie lorsque je dois m'y rendre, c'est le passage obligé par la rue qui passe à travers le campus de l?université de Okayama. Cette rue est bordée des 2 cotés par des ginkgos (pour ce qui n'y connaissent rien, ce sont des arbres). Où est ce que je veux en venir ?
Et bien c'est simple, depuis une quinzaine de jours, les ginkgos ont commencé à perdre leurs fruits bien mûrs qui s'écrasent mollement sur le sol et répandent dans l'air une odeur pestilentielle. Pour une fois je n'exagère pas. L'odeur du fruit du ginkgos, c'est simple : vous prenez un petit enfant, vous le gavez d'un grand bol de lait chaud, vous lui faite faire quelques kilomètres à l'arrière d'une voiture sur les lacets d'une route tortueuse de la montagne japonaise (en vous prenant vous un pilote de rallye, ça marche encore mieux) et quand le gamin vomit toutes ses tripes sur la banquette arrière, vous avez une idée tout à fait réaliste de l'odeur du fruit du ginkgo...Rien que d'écrire ça, j'ai mon bento qui me remonte au bord des lèvres. Yeurkkkkk !!! 

Mais alors pourquoi les Japonais plantent ces arbres dans leurs villes si ça empeste à ce point. Peut être tout simplement parce que c'est très joli quand le feuillage devient d'une couleur jaune or incomparable. Je crois aussi que cet arbre est un peu sacré, car on en trouve très souvent dans les temples.

ginkgo en photo ça va

La fameuse double rangée de ginkgos à traverser en retenant sa respiration sous peine de mort subite mais douloureuse. 

 

Faisant quelques recherches rapides sur Internet à propos du ginkgo, j'ai lu que cet arbre peut vivre plus de 2000 ans, que ses feuilles sont très utilisées en pharmacie, et qu'il existe un plat japonais concocté avec les noyaux qui sont comestibles. Ceci explique pourquoi l'autre jour j'ai vu des Japonais ramasser ces noyaux malgré l'odeur insupportable qui régnait sur les lieux. Re Yeurkkkk !!!!!!

Repost 0
Published by lui - dans vivre
commenter cet article
23 octobre 2006 1 23 /10 /octobre /2006 04:58

Hier je me suis encore retrouvé tout seul. ELLE est partie pour HongKong pour la semaine. Le plus dur a été de se lever pour qu’elle ait son train à 6 heures. Apres ça je n’étais plus bon à rien. Donc aujourd’hui je vous raconte comment on passe un dimanche à Okayama sans avoir rien prévu à l’avance. On prend son vélo et on va en direction du grand parc de la ville pour flâner. Là bas les Japonais aiment faire du sport, s’allonger sur l’herbe, faire de la musique, ça ressemble tout à fait à n’importe quel parc parisien par exemple (les crottes de chien en moins). Cet endroit c’est souvent la destination première des dimanches inorganisés car il y a toujours un truc à voir (le club de pétanque par exemple). Hier je suis donc tombé sur compétition d’athlétisme (il y a le stade Momotaro dans le parc). Bon je suis pas fan de sport, mais je me suis dit qu’il y aurait peut être quelques photos intéressantes à faire. En fait non pas vraiment. Alors je mets juste la photo suivante pour vous montrer comment la partie de Okayama ou nous habitons est vraiment proche de la forêt et de la montagne (notre appart est au pied de la colline la plus proche).

momotaro stadium

cliquez dessus pour avoir un grand format.



Je pense que je vais faire plusieurs articles pour montrer un peu plus notre ville, car je me suis rendu compte que plein de gens de notre entourage ne viendraient pas ici et puis on a aussi reçu des émails de Français ayant vécu à Okayama, et j’ai envie de montrer comment est la ville aujourd’hui. C’est incroyable à quelle vitesse une ville japonaise peut changer. En 2 ans, de très nombreux bâtiment ont été détruit, d’autres on été finis, j’ai envie de garder une trace de tout ça.
Je suis resté 5 minutes dans le stade juste le temps de voir une course et les quelques supporters s’époumoner. Dans le parc une mini foire à quelque chose se tenait. Je sais pas ce que c’était, j’ai juste vu une expo de voitures, des stands avec de l’artisanat, en vrai kitsch comme en France, vous savez : les porte-clés en bois à accrocher dans l'entrée de son pavillon, ou les sous-verre avec des fleurs séchées en plastique dedans…, et puis bien sur un stand de râmen où 200 Japonais attendaient sagement en faisant la queue pour avoir un gobelet gratuit de ces fabuleuses nouilles. Ha j’ai failli oublier l’estrade avec un numéro de danse et chansons exécutées par un dinosaure vert et neurasthénique, un gros truc rouge et poilu avec des yeux qui tournent, et une demoiselle qui chantait d’une voix nasillarde. Apparemment sponsorisés par Nissan, je n’ai pas compris ce qu’ils vantaient mais ils avaient du succès.

mais qu'est ce que je fous là ?

aaanimaaal !!!


Après ça, sentant la fatigue me gagner, je me suis dit que c’était bien assez pour un dimanche après-midi, mais c’était sans compter sur le hasard qui m’a fait croiser G. qui, elle, avait prévu quelque chose. Je l’ai donc accompagnée, me disant que ça serait toujours plus distrayant que de m’endormir à 2 heures de l’après-midi devant du baseball à la télé. La suite demain. J’ai comme un coup de barre maintenant.

 

 

Repost 0
Published by Lui - dans vivre
commenter cet article
20 octobre 2006 5 20 /10 /octobre /2006 10:09

Pour finir la semaine ou commencer le week-end, au choix, voici quelques photos d’un matsuri (fête traditionnelle) où nous sommes allés dimanche dernier. A une trentaine de kilomètre au Nord de Okayama, en pleine campagne, ne me demandez pas le nom de l’endroit…Cette fête a rassemblé énormément de monde, les gens étaient garés partout et deux rues du village étaient même barrées à la circulation, soit 50 pour cent du village. Gigantesque je vous dis. Bon d’accord, je vous entends doucement rigoler d’ici, ceux qui habitent dans les grandes villes japonaises avec vos cortèges de fêtes les plus célèbres les unes que les autres, mais je vous assure que c’était quelque chose de vraiment important. Des dizaines de prêtres shinto, des centaines de participants en costume traditionnel, des milliers de gens venus des 4 coins de la préfecture. Et puis il y avait une ambiance très chaleureuse, comme-ci tous ces gens se connaissaient ; Ca discutait par petits groupes, ça rigolait, ça buvait…la fête !  Heureusement qu’on a des connaissances japonaises (merci J.) pour nous indiquer ce genre d’événement, sinon on passerai à côté de beaucoup de choses. Au programme, des défilés de mini-temples portés par de vaillants gaillards, des concours de taiko (tambours), des démonstrations de… je sais pas comment appeler ça, mais c’était un genre d’art martial où un grand balèze (ou balaise) faisait tourner une grande lance tout autour de son corps et de ses bras, des danses de lions (dragons), des processions religieuses, des « bénédictions », la lutte bu bien et du mal symbolisée par l’attaque des lions contre le temple (c’est mon interprétation), des pétards très bruyants qui pétaient dans la forêt aux alentours sûrement pour faire peur aux démons malveillants, etc. Bref c’était très impressionnant… tout ça sous le beau temps de l’automne japonais, et aussi bien sûr avec ses cortèges de photographes amateurs, ses stands de calamar, de patate douce frite et tant de chose qu’il faut vraiment vivre une fête japonaise comme celle là pour bien en profiter. Je vous laisse avec quelques photos et vous dis « bon week-end ! »
 

procession des prêtres shintos l'attaque des lions contre le temple aller plus haut deux gamins faisant du tambourprocession et temple porté à dos d'hommesmasques de démons aux grands nez  

 

Repost 0
Published by Lui - dans vivre
commenter cet article
19 octobre 2006 4 19 /10 /octobre /2006 09:04

Depuis le début de la semaine, un nouveau meuble a pris possession du hall d’entrée de l’immeuble où on travaille. On doit enfiler des chaussons en entrant dans le bâtiment. Jusqu’à présent on ne devait quitter ses chaussures que pour entrer dans certaines salles où l’on utilise certaines « machines ». Franchement, ça nous a un peu surpris, imaginez-vous le matin en arrivant au boulot enlever vos chaussures et enfiler de magnifiques chaussons en vrai synthétique, on a tout de même le choix entre marron et bleu pour la couleur.

bienvenue, veuillez quitter vos godasses !

Elle a bien essayé, pendant quelques jours, de porter, dans le building, de superbes tongs très fashion customisées avec des perles et des paillettes, ce qui a fait légèrement sourire nos collègues. Mais Elle a capitulée car Elle avait froid aux pieds. Pensant qu’Elle pouvait bien attendre l’hiver avant d’avoir des engelures, Elle a rechaussé les pantoufles moches. 
Personnellement je trouve ça plutôt rigolo, de toute façon depuis que je suis au Japon, j’ai pris l’habitude d’enlever mes pompes dès que je peux. C’est vrai quoi ? On n’est pas mieux pour bosser les pieds à l’air ? Le seul truc qui m’embête vraiment c’est que l’année dernière je me suis fait offrir des chaussons super fourrés, vous savez le genre mocassin d’esquimaux avec de la fourrure à l’intérieur et sur les bords… pour lutter contre les grands froids de notre bureau mal (pas) isolé, uniquement chauffé par une clim’ au plafond et où le sol est gelé, c’était l’idéal. Mais depuis notre changement de locaux en mars, on partage dorénavant le bureau avec plusieurs personnes… Oserai-je moi aussi affronter le regard et les petites remarques de mes collègues ? La température dans la pièce en décidera, rendez vous en décembre.

Repost 0
Published by Lui - dans vivre
commenter cet article