Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est qui nous?

nous c'est les aventures de ELLE et LUI à Okayama au Japon

*

dernières news
 (juin 2011) :

Okayama c'est ELLE, LUI, petite ELLE et maintenant petit LUI !!

*

Un voyage au Japon prévu cette année ... ? On espère...


*

pour nous contacter c'est par ici...

Au cas où tu voudrais des infos précises, une recette de cuisine, un avis politique, ... si tu veux des sous va voir ailleurs !

On continue de répondre à tous les émails, alors n'hésitez pas

(mis à jour en 2012). 

Trouver

Site à l'usage des hypothétiques futurs habitants français à Okayama et des autres curieux...

Mois Par Mois

météo aujourd'hui

météo du jour à Okayama

21 février 2006 2 21 /02 /février /2006 09:55

J'ai lu hier, sur le très bon site de Pchan, cet article (mais ne cliquez pas tout de suite, finissez celui là d'abord). Ca ma décidé à écrire celui auquel je pensais depuis longtemps : la police à Okayama.entrée d'un koban
Ici, c'est plutôt calme comme ville et sans grand danger et la police n'a pas grand chose à faire. On ne s'y fait pas voler grand chose, sauf mon amie G qui s'est fait piquer ses petites culottes sur son fil à linge (elle a pas porté plainte!) et moi mon vélo! Il faut dire que je l'avais laissé tout un week-end en plein centre ville sans cadenas (resté dans le petit panier devant). Donc lundi matin, plus de vélo, je vais le déclarer!.
1-     
trouver un koban (police de proximité) : c'est facile il y en a partout.
2-     
Trouver des policiers à l'intérieur. Là c'était plus dur, il n'y a jamais personne car ils sont en "ronde" mais la porte est ouverte; le chauffage allumé et il y a un téléphone avec un N° à appeler en cas d'urgence. Il faut dire de quel Koban on appelle et pourquoi. Ne parlant que très modérément japonais, j'ai fais le tour des kobans de la ville avant de renoncer et de demander à quelqu'un d'appeler pour moi. 
 Une fois le RDV pris, j'ai eu à faire à deux jeunes tout frais émoulus de l'école de police. Ils m'ont demandé un descriptif du vélo ainsi que les deux numéros d'immatriculation. Ne les ayant pas, ils ont gentiment écris tout cela sur une feuille pour que j'aille chez Rinrin, mon marchand de vélo (à qui ils ont, pendant ce temps, téléphoné pour qu'il sache de quoi il s'agissait!). De retour avec les informations, c'était parti :
     
Eux : - ou était-il garé? 
      Moi : - dans l'avenue principale 
      Eux : - à quelle hauteur?  
      Moi : - Euhh…….en face d'un Koban (là, ils ont pas eu l'air d'entendre) 
      Eux : Ou exactement? Devant quel magasin? 
Là vous voyez une rue commercante avec 10 000 petites boutiques pas très larges… 
     
Moi : - (mais qu'est ce que j'en sais moi!!!) là ou ils vendent des sacs Louis Vuitton  (je suis sure de pas me planter, yen ya  tous les trois magasins). 
Vérification dans les pages jaunes : ouf, on tient l'endroit
     
Eux : -
À quelle distance du trottoir, à quelle distance du magasin ? 
      M
oi : -
Mumm , comme ça à peu près (taille du poisson du pêcheur)
     
Eux : - Et le guidon, coté route ou coté magasin (j'vous jure!!!)
Après cet échange japonanglais laborieux, l'un des deux s'est mit à dessiner la scène du crime sur un plan coté avec une précision d'horloger. D'abord au crayon de papier puis, après avoir eu mon accord sur la reconstitution, au stylo. 
P
uis, questions habituelles de l'adresse, ce qu'on fait ici et pour combien de temps on reste et ensuite, ils ont donné plusieurs coups de téléphone, l'air très ennuyés. Ce qui leur posait un  ENORME problème, c'était de savoir quoi faire du vélo s'ils le retrouvaient après mon départ du Japon (si!) et on leur a dit (le chef au téléphone) de prendre l'adresse de mes parents en France (sisi!)  
 
     Moi : - vous allez me le renvoyer ?    ;-) 
       Eux : - … 
J'écris donc l'adresse de mes parents sur une feuille et reproblème ; re-coups de téléphone : est-ce qu'ils ont le droit d'écrire l'adresse en romaji (alphabet) sur le formulaire destiné à recevoir des kanjis? (elle est ou la caméra?).
Finalement, au bout de plus d'une heure, ces sympathiques jeunes gens m'ont laissé partir en m'assurant qu'ils allaient le retrouver, mon vélo! Ouais c'est ça, et la marmotte… Je suis allée directement en racheter un. 
Et bien finalement SI, deux semaines après, je récupérais mon vélo. 

un parking à vélo parmis tant d'autres, merci T.

Et pour en finir de ces aventures policières et faire le lien avec l'article de Pchan : à Okayama personne ne se gare en dehors des parkings. Et quand ça arrive, ça ne passe pas inaperçu. Le mois dernier, IL a vu une voiture garée sur le trottoir avec deux policiers tournant autour. L'un a touché le capot pour voir depuis combien de temps les Indiens étaient passés. L'autre a sorti un mètre de sa poche et a mesuré de combien la voiture empiétait sur la route et de combien elle empiétait sur le trottoir …. vous pariez qu'ils ont fait un joli dessin sur un plan coté? 

Partager cet article

Repost 0
Published by Elle - dans vivre
commenter cet article

commentaires

amandine 19/09/2006 17:38

Ben dis donc, t'as du passer un sacré long moment à leur expliquer ton histoire aux gardiens de la paix japonais...ta soeur m'avait raconté l'histoire,ms la lire c encore mieux! bon séjour à vous deux et ptetre à bientôt! Amandine

Okayama au Japon 21/09/2006 10:07

ça c'est sur que ça a pris du temps mais ça m'a bien fait rigoler aussi ! (quand même, on frait pas ça tous les jours!)
 

mister do. 24/02/2006 10:15

Mais que fait la police??ils ont effectivement l'air d'avoir la précision scientifique, mais pas tellement la jugeote scientifique..ceci étant dit, il l'ont retrouvé ton vélo...maintenant que tu as un autre vélo tu devrais les mettre au défi de temps en temps -et pour qu'ils s'occupent- en laissant un de tes vélos dans la rue, en attendant qu'on le vole, et hop, une nouvelle enquête rocambolesque de starsky et hutch a Hokayama....

elle 25/02/2006 10:42

t'inquiète pas, je suis déja retournée les voir car j'avais perdu ma carte d'identité. une fois tous les 6 mois, c'est bien, plus c'est abuser...

fafa le visiteur fidelio 22/02/2006 09:28

on va leur envoyer Nicolas Sarkozy.....pour leur expliquer comment ca se passe dans les commissariats en France.essaie de prendre une photo d'un policier japonais pour mettre sur ton blog(sans te retrouver en prison).bisous a vous deux

elle 25/02/2006 10:43

je suis jamais allée dans un commissariat français...

Ludo 21/02/2006 12:30

Et tu as quand même récupéré ton vélo! Ils sont donc efficaces dans ce domaine... et dans les croquis.

elle 25/02/2006 10:44

oui! j'ai été impressionée!!!