Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est qui nous?

nous c'est les aventures de ELLE et LUI à Okayama au Japon

*

dernières news
 (juin 2011) :

Okayama c'est ELLE, LUI, petite ELLE et maintenant petit LUI !!

*

Un voyage au Japon prévu cette année ... ? On espère...


*

pour nous contacter c'est par ici...

Au cas où tu voudrais des infos précises, une recette de cuisine, un avis politique, ... si tu veux des sous va voir ailleurs !

On continue de répondre à tous les émails, alors n'hésitez pas

(mis à jour en 2012). 

Trouver

Site à l'usage des hypothétiques futurs habitants français à Okayama et des autres curieux...

Mois Par Mois

météo aujourd'hui

météo du jour à Okayama

19 mars 2007 1 19 /03 /mars /2007 10:03

Aujourd'hui nous avons vendu la petite Life. Je suis triiiiiste!
en moins de 10 minutes c'était réglé. La personne de la boutique d'occasion est venue à notre travail, nous a fait signer 2 papiers et elle est repartie avec MA voiture !
on a appris à cette occasion que vendre une Kei est beacoup moins compliqué de vendre une voiture normale.. nous aurions pu essayer de la vendre à un particulier pour quelques 200 000 yens de plus, c'est ce que la boutique à prévu de faire comme bénéfices dessus. D'après eux (et je suis d'accord) notre voiture était dans un état impeccable. Lorsque le mécanicien est venu l'estimer, il s'est même exclamé : "elle est belle dite!" (kirei desu ne!!!) ce qui m'a fait sourire car un garagiste français aurait dit "elle est pas mal ma ptite dame mais ya la ptite rayure là, et pis elle a deux ans quand même, faut pas vous faire d'illusions, si j'arrive à en tirer 500 euros de benef, ça s'ra dejà beau, à plus 3000 mille je m'coupe la gorge..." bref
En echange  de la life et jusqu'à notre départ, ils nous pretent une autre voiture, c'est une petite Kei Suzuki tellement pas belle en comparaison qu'elle n'aura pas sa photo sur ce blog.

Repost 0
Published by ELLE - dans conduire
commenter cet article
9 janvier 2007 2 09 /01 /janvier /2007 09:26

Pendant notre excursion dans les neiges du nord nous nous sommes réchauffés et nourris dans une boutique de râmen (longue nouille japonaise d’origine chinoise servies avec des tranches de viandes et des légumes dans un bol rempli de bouillon… si après ça il y encore quelqu’un qui me demande ce que c’est, je ne sais plus quoi faire…). C’était ce genre de boutique où il n’y pas de table, juste un grand comptoir et où les clients sont tous alignés les uns à côté des autres et mangent en faisant des grands slurps !
Quand nous avons poussé la porte quelques regards curieux nous ont dévisagés. Il faut dire que dans un resto plein d’habitués au fin fond de la campagne japonaise, un couple d’européen qui rentre ça ne passe pas inaperçu…surtout quand la boutique est pleine à craquer et que chacun attend sa place juste dans le dos de ceux qui font des slurps. J’adore ce genre d’ambiance. Une fois assis, ça n’a pas pris beaucoup de temps vu qu’un japonais moyen (et même un petit) peu avaler un saladier de râmen en 2 minutes à peu près, nous avons commandé le plat unique proposé. C’est là que j’ai aperçu cette affiche au dessus de mon nez (désolé c’est encore flou, mais je ne devais avoir que 10 cm de recul)

tu t'es vu quand t'as bu ?

C’est une affiche pour la prévention de l’alcool au volant (je crois avoir deviné). Au Japon, voila tout ce que vous risquez si vous prenez votre voiture après avoir bu trop de saké : 

- se faire arrêter par la police

- avoir une amende salée

- se faire engueuler par son patron et devenir bleu de honte

- se retrouver en prison avec un boulet au pied  (O_O)

- se faire retirer son permis par un flic super costaud

- se faire saisir sa maison (peut être)

- être la honte du voisinage

- se faire quitter par sa femme et ses enfants 

Que dire après ça ?...  

 

Repost 0
Published by LUI - dans conduire
commenter cet article
19 décembre 2006 2 19 /12 /décembre /2006 09:19

Il y a très longtemps que nous n’avions pas écrit d’articles dans la catégorie « conduire au Japon », il faut dire que récemment entre le mauvais temps durant les week-ends, les révisions de japonais et maintenant les « bonnenkai party », nous n’avons pas trop eu l’occasion de partir sur les routes japonaises. Mais heureusement j’ai un stock d'anecdotes. Alors aujourd'hui juste deux petites photos pour vous montrer ce qui vous attend si vous décidez de quitter les autoroutes et vous enfoncer dans la campagne japonaise la plus inaccessible.
Tout d’abord, assez souvent la largeur de la route se rétrécie subitement et on ne peut plus passer qu’à une voiture à la fois.

1,70 m


Rien de bien extraordinaire me direz vous ! Et bien je vous réponds que ça dépend de ce qu’il y a au bord de la route. En effet cela nous est déjà arrivé de nous engouffrer sur une de ces petites routes en pleine montagne, avec un ravin à moins d’un mètre de la portière. Dans ces cas là, on prie pour ne croiser personne. Une autre fois, justement, quelqu’un est arrivé en face, heureusement c’était en plaine mais j’ai dû faire une marche arrière sur un long bout avec une rizière pleine d’eau de chaque côté de la voiture. Enfin pour ceux qui voudrait accéder chez nous en voiture, il vous faudra une voiture pas trop large, au risque d’y laisser vos rétroviseur, voire beaucoup plus …


Et parfois même la route disparaît !

y'a plus de route

Ce jour là, nous suivions la route qui existait bel et bien sur notre carte. Tout d’un coup, sans aucune indication ou panneau de travaux à part ce petit cône rouge et blanc au milieu de la route, la route avait disparue !!!!
Nous n’avons jamais su pourquoi, mais je pense qu’un glissement de terrain, courant au Japon, avait dû emporter la route et qu’elle n’était pas encore reconstruite mais comme nous étions dans un endroit vraiment, vraiment paumé, personne n’a pensé qu’il était nécessaire d’installer des mises en garde !

Repost 0
Published by LUI - dans conduire
commenter cet article
23 août 2006 3 23 /08 /août /2006 09:09

Je vous ai parlé hier du théâtre de Kabuki à Kotohira. Il est situé sur l'île de Shikoku qui est finalement tout près de chez nous. On la voit très bien depuis la côte de Okayama. Nous y sommes donc allés en une journée, une petite ballade sympathique en voiture. Etant donné que nous étions 5 personnes, nous n'avons pas pris la petite Life, mais la March de notre amie K. (merci encore!), qui est plus puissante. A l'aller, nous avons pris le pont de Seto. Il est déjà impressionnant depuis le bord mais c'est encore mieux d'être dessus. Les rambardes, plutôt basses, permettent d'admirer la magnifique mer intérieure (c'est toutefois un peu dangereux quand le conducteur s'y met aussi). Nous avons fait un petit arrêt sur l'aire de repos située au milieu du pont (sur une ile heureusement) l'architecture est …étonnante puisqu'elle occupe presque toute la surface de l'ile.


Au retour, nous avons pris le Ferry à Takamatsu en direction du port Uno de Okayama. À l'heure du coucher de soleil c'est une traversée inoubliable. Rien que pour le trajet, c'était une belle journée mais cela ne nous a pas empêchés d'aller visiter de belles choses, dont on parlera plus tard…

Repost 0
Published by ELLE - dans conduire
commenter cet article
22 juillet 2006 6 22 /07 /juillet /2006 00:10

Je vous avais dis qu'à Hokkaido, on a loué une voiture que finalement j'ai conduit toute seule. C'était une Toyota Vitz et elle était très sympa. J'avoue franchement que je n'ai pas regretté ma ptite Life! En plus on avait un GPS, ce qui est finalement très pratique (je dis finalement parce que jusqu'à maintenant je pensais que c'était inutile et que ça servait qu'aux incapables qui savent pas lire une carte!!) donc c'est très pratique parce que ça permet de savoir ou on est sur la carte (qu'il faut savoir lire quand même finalement), donc ça a été très pratique (une fois qu'on a eu trouvé comment zoomer et dezoomer, l'avant dernier jour!!!).


A Hokkaido, les routes sont bordées de signes qui servent à repérer le bord quand il y a de la neige, elles sont environ 2 fois plus larges qu'à Okayama (c'est pour pouvoir déblayer la route quand c'est enneigé, je suppose) et elles sont toutes droites.
Comme je l'écrivais avant hier, c'est aussi limité à 40 ou 50, voire moins. Etant donné notre petite mésaventure de l'autre jour, je me suis bien tenue à carreau, en tout cas le premier jour parce qu'après…
...A
près c'était en redescendant du Lac Masshu, comme on vous l'a dit, yavait du gros gros orage et la route était en lacet (mais large quand même). Malgrès cela, j'avais du mal à rouler à moins de 40-50, faut pas exagérer! Et là quesque je vois!!!! Derrière moi, un taxi et encore derrière une voiture de police, tous gyrophares allumés puis quelques autres voitures. M….. ! c'est limité à 30! Alors moi je freine, je freine, j'essaye péniblement de rester à 30 mais c'est dur! C'est long, galère! Et arrivés en bas… à la première ligne droite.. les voilà t-y pas qui me doublent TOUS, à "jesaispascombienmaisbienplusque50" police compris!, et m'envoient d'énormes gerbe d'eau sur le pare-brise à ne plus rien voir du tout!

A partir de ce moment là, j'ai jamais plus été en dessous de 80.

 

Repost 0
Published by ELLE - dans conduire
commenter cet article
25 juin 2006 7 25 /06 /juin /2006 12:17

Quand on avait décidé de faire une rubrique « conduire au Japon » dans ce blog, c’était essentiellement pour parler des formalités à accomplir pour le permis de conduire japonais, des difficultés pour conduire, des relations avec notre garagiste et notre assureur… mais personnellement jamais je n’aurai pensé que j’écrirais un article qui aurait aussi pu s’intituler « le jour où je me suis fais serrer par les flics japonais ».
Par où commencer ?
Il fait chaud aujourd’hui 31 degré. On traîne à la maison jusqu'à 2h30 de l’après midi. La météo avait prévu de la pluie, ce qui n’est pas trop risqué comme prévision vu qu’on est en pleine saison des pluies, mais il fait beau, alors on décide d’aller faire un tour en voiture dans la campagne histoire d’admirer encore un peu les rizières en eau.
On roule, on roule. On arrive dans une petite ville où en pleine ligne droite au milieu de rien se profile un passage à niveau. Je ralentis, pas tellement parce que je roulais déjà pas très vite, je suis presque à l’arrêt de toute façon puisque ce passage à niveau est légèrement surélevé et que je n’ai pas envie d’abîmer la voiture dessus. Donc je suis presque à hauteur du passage à niveau quand la sonnerie, indiquant qu’un train approche et que les barrières vont se baisser, se met à retentir. Qu’est ce que je fais : j’accélère.
Erreur fatale !!! J’ai pas fait 50 mètres qu’une énorme voiture de police apparaît dans mon rétroviseur et puis j’entends la sirène et un type qui me dit en japonais dans un haut parleur de m’arrêter. Je m’arrête, peut être pas exactement là où il m’avait dit, mais c’est tout ce que j’avais compris, parce qu’un des 2 flics (qu’on appellera ici 1 et 2) court à la hauteur de notre voiture pour nous indiquer de nous garer sur le côté. Quand il s’aperçoit que c’est 2 « étrangers » qui sont dans la voiture il fait des yeux tous ronds avec un air de dire « ha bin c’est sur moi que fallait que ça tombe ».
Je me gare. J’éteins le moteur, je donne mon permis de conduire puis (1) me dit de sortir de la voiture et de le suivre jusqu'à la voiture de police. Elle me dira après qu’à ce moment Elle a cru que (1) allait me fouiller avec les mains sur le capot, comme dans Starsky et Hutch.
Je suis le flic (1) jusqu’à leur voiture et là il me dit carrément de monter à l’arrière. Houlà je me dis c’est peut être plus sérieux que le simple fait d’être passé sur un passage à niveau alors que le signal retentissait. Je monte et je découvre l’intérieur. C’est frais, c’est climatisé, des sièges en cuir (peut être en faux), c’est bien rangé…je remarque juste la petite caméra posée sur le tableau de bord pour filmer les arrestations (ou les courses poursuites, on sait jamais).
Ils me disent des tas de trucs en japonais, je leur dis que je ne comprends rien. Problème…
Il vérifie mon identité, mon adresse…ça prends du temps, essayez donc d’expliquer à un policier japonais que le « eau » qui se trouve dans votre nom se prononce en français « o », que vous ne pouvez pas jurer que ce qu’il y a écrit sur votre permis est bien votre adresse puisque de toute façon vous ne lisez pas les kanji (d’accord, là j’ai un peu exagéré), qu’ils aient fini de calculer quel âge vous avez parce que moi par exemple c’est écrit sur mes papiers que je suis né dans les années 40 et quelques de l’ère du précédent empereur ce qui ne facilite pas les calculs sachant que cette année on est en 18 de l’ère de l’actuel empereur. (2) me demande aussi mon numéro de téléphone, pas de chance, je suis nul pour ça, je ne retiens aucun numéro, il me demande si j’ai un téléphone portable, je réponds que non (c’est vrai) et là je crois qu’il a pensé que je me foutais de lui. Qui vivant au Japon depuis plus d’un an et demi n’a pas de téléphone portable ?

Pendant ce temps là, Elle était en train de rôtir dans notre voiture car j’avais gardé les clés de contact dans ma poche.

Puis ils ont commencé à vouloir m’expliquer ce que j’avais fait de mal en m’invitant à sortir de la voiture et en me montrant le passage à niveau. Ca donnait quelque chose comme ça (je transcris en français pour que tout mes lecteurs puissent profiter de cet échange anglo-nippo-francais et aussi avec les mains).
-          (1) vous, pas arrêter
-          (moi) non, non sonnerie, train, freiner, japonais pas comprendre
-          (2) anglais comprendre ? pas train, pas stop, arrêter
-          (moi) oui, oui, freiner sonnerie mais pas train alors passer
-          (2) non, non pas freiner toujours arrêter
-          (moi) oui, non, pas d’accord, japonais pas comprendre
-          (1) Permis de conduire arrêter
-          (moi) Hé ! ils vont quand même pas m’enlever mon permis parce que je suis passé pendant la sonnerie du train quand même (là je m’adresse directement à Elle qui nous à rejoins). 
-          (2) regardez là bas SVP, Stop il y a, vous pas arrêtez Stop
-          (1) dedans voiture s’il vous plait, permis de conduire

Je me retrouve dans la voiture de police, puis ils me montrent un papier avec 9000 yens écrit dessus et je comprends que ç’est le montant de l’amende parce que j’ai grillé e Stop qui est devant le passage à niveau et que merde, ça fait cher la sortie à la campagne. Ils me disent de signer la contredanse, je dis que je veux bien mais que je ne lis pas le japonais et que je ne signe pas un truc que je ne comprends pas. Big Problème…A ce niveau de l’histoire, je pensai que devant un tel problème, ils laisseraient tomber, parce qu’en fait je trouvais ça très sévère de me mettre un contredanse parce que je n’avais pas marqué l’arrêt total à un croisement avec un train !!!
Ils ne savent plus trop quoi faire. Alors ils me disent OK, on va au commissariat pour débrouiller tout ça. J’ai vraiment pris ça comme de l’intimidation sur le coup.
Et puis je repense aussi à mon permis qu’ils ont toujours en main alors je demande « et le permis alors ? » Et là ils me font très clairement comprendre que soit je signe la contredanse et ils me rendent mon permis et je peux continuer à aller me jeter sous les trains japonais si ça me chante soit on va tous au commissariat pour un certain temps et sûrement pas pour prendre le thé à mon avis.

Du coup, j’ai compris que y’avait plus grand-chose à faire à part signer, à moins de vouloir faire un reportage sur l’intérieur d’un commissariat japonais, chose que j’avais déjà vu par ailleurs et que j’avais trouvé beaucoup moins plaisant qu’un après midi à contempler la campagne japonaise.
Bref, je m’apprête à signer et … « attention SVP ne nous faites pas un gribouillis d’occidental mais écrivez votre nom en toutes lettres en lieu et place de signature. »
En moi-même je me suis dit, j’aurai dû le signer, ils auraient sûrement dû re-remplir totalement le formulaire…hahaha… je rigole, mais à ce moment là j’en avais vraiment marre alors je m’applique, j’appose aussi mon empreinte (je suis fiché maintenant), ils me tendent une serviette blanche pour essuyer l’encre de mon doigt (j’espère qu’il ont de la bonne lessive), je dit merci, pardon, excusez moi , ils me répondent de même (c’est pas tous les jours qu’un flic s’excuse de vous donner une prune !) on se sert la main, copain copain, tout va bien , salut les gars et à la prochaine.

Que conclure, d’une si longue histoire.
-          faites attention au stop devant les passages à niveau. Le panneau est rond en jaune et rouge. D’habitude ils sont triangle rouge et blanc !
-          merde de merde et re-merde pour les 9000 yens
-          les policiers japonais restent polis et cordiaux même quand un type comme moi les embrouille pendant un bon moment.
-          Il fait bien frais dans la voiture des flics.


flag parfait

et pendant ce temps la, Elle prend des photos !

Repost 0
Published by Lui à Okayama - dans conduire
commenter cet article
15 juin 2006 4 15 /06 /juin /2006 07:27

Au mois d'avril, nous avions fait le contrôle des "un an" sur la ptite Life. La visite, d'une bonne heure, m'avait paru assez chère (je ne sais plus exactement, peut être 9000 yens) étant donné qu'il n'y avait eu aucune intervention dessus. Ils l'avaient lavée par contre (le lavage des "un an"; je ne l'ai pas retrouvée sur le parking tellement elle était propre!). Cette semaine, quelques 2 mois et demi plus tard, on est retourné au garage pour la vidange cette fois-ci (ils n'avaient pas voulu tout faire d'un coup la dernière fois car elle n'avait pas les 9050 km requis pour le changement d'huile!). 
 D
onc ce dimanche (!) à midi pile(!) nous sommes allés chez Honda pour voir si c'était possible immédiatement (on n'avait pas que ça à faire nous quand même! On allait se promener…) bien sur c'était possible. Ça a pris une ½ heure pendant laquelle on nous a proposé des boissons (Lui un café, moi un jus d'orange) puis on nous a offert le thé pendant qu'on regardait le résumé du match de la veille sur la super grande télé dans un canapé bien confortable et enfin en rendant les clés, on a eu droit à un cadeau .. un parapluie* … le tout pour la somme de 1195 yens, soit …8 euros 35 !!!. 
Elle est trop belle la vie dans ma voiture...
* Le parapluie en cadeau, c'est parce que cette semaine c'est le début de Tsuyu  (la saison des pluies) à Okayama. Pour être plus précis, ça a même commencé aujourd'hui. Depuis ce matin, il tombe des trombes d'eau sans discontinuer…. Si c'est comme ça pendant un mois, je crois qu'on va aller passer les weeks-end chez Honda, voir la télé sur grand écran en sirotant du thé!

Repost 0
Published by ELLE - dans conduire
commenter cet article
3 mai 2006 3 03 /05 /mai /2006 00:00

Comment je me débrouille pour ne jamais me perdre quand je ballade en voiture à travers le Japon. Vous allez me dire que ce n’est pas plus compliqué au Japon qu’en France. Hé bien, je trouve un peu, quand même… Les centres villes japonais par exemple ont la fâcheuse tendance à tous se ressembler c'est-à-dire un plan avec des rues toutes à la perpendiculaire, des alignements de façades d’immeubles qui se ressemblent beaucoup et des ponts d’autoroutes et de trains sur plusieurs niveaux.

 échangeur autoroutier auprès de Kyoto

 

La campagne ce n’est pas mieux avec ces successions de vallées étroites et de collines à gravir (dans la région d’Okayama en tout cas). Avec tout ça on a vite fait de perdre le Nord. Jeux de mots facile j’en conviens, mais d’autant plus vrai au Japon, que très souvent, les panneaux comportant des cartes de quartiers ne sont pas orientés au Nord, mais de façon à ce que ce qui se trouve devant vous en vrai soit devant vous sur la carte. Résultat, vous pouvez regarder 3 plans d’un même quartier orientés de 3 façons différentes. Avec tout ça, ça ne m’étonne plus qu’énormément de Japonais aient équipé leur voiture d un GPS.

Je dirai donc que la meilleure façon d’aller d’un point A à un point B au Japon, est certainement d’emprunter les transports en commun.

Par contre si vous voulez prendre le chemin des écoliers et parcourir le pays en voiture, je vous conseille tout d’abord d’acheter une carte routière la plus précise possible, avec toutes les petites routes, tous les immeubles, les temples… Avec ça, ça devrait aller. Ensuite, il ne reste plus qu’à partir explorer les coins perdus du Japon et à apprécier le paysage, sans oublier les règles de conduite évidemment…
la région de Hiruzen à Okayama 

Repost 0
Published by Lui - dans conduire
commenter cet article
7 avril 2006 5 07 /04 /avril /2006 03:13

Ca fait un an qu’on a la voiture. Un an déjà, le temps passe vite. J’y pense parce qu’on a reçu il y a quelques jours un rappel pour payer l’assurance, en même temps qu’un petit papier de notre concessionnaire pour la révision des 1 an (vidange, frein…) C’est très pratique, c’est le concessionnaire qui s’occupe de tout. Déjà quand on avait acheté la voiture, c’est lui qui avait géré toutes la paperasserie pour l’immatriculation, la place de parking (au Japon, pas de parking = pas de voiture), etc. 

Du coup je me rappelle aussi une de nos toutes premières virées dans la campagne japonaise. On était monté un peu difficilement en haut d’une montagne avec le petit moteur qui équipe notre Honda. Au sommet la vue sur la vallée, avec ces maisons japonaises traditionnelles et les rizières en terrasses, était magnifique. Depuis on a vraiment bien profité d’avoir une voiture pour sortir des sentiers battus. J’avoue que je ne suis pas un accro de la bagnole, mais que sans elle, toute une partie de la préfecture d’Okayama et donc du Japon serait resté inconnue à nos yeux.

Allez pour fêter ces 1 an et le printemps qui arrive voici la photo de cette vallée perdue !la grande vadrouille

Repost 0
Published by Lui - dans conduire
commenter cet article
9 février 2006 4 09 /02 /février /2006 13:13

Vous vous souvenez de la fois ou nous sommes allés récupérés notre permis de conduire japonais ? Non ? Bon alors c’est ici.
Hé bien ce jour là on nous a également fait visionner un petit film sur la façon de conduire au Japon ; 20 minutes à peu près pour tout apprendre des finesses du pilotage à la japonaise...héhéhé

Pour le film on avait le choix entre japonais, anglais, espagnol, chinois, mais pas français…j’en déduis qu’on est les seuls conducteur français à Okayama, et que si on ne veut pas que notre réputation de mauvais conducteur arrive jusqu’ici, on a intérêt à se tenir à carreaux (Mais comment fonctionne donc le satané régulateur de vitesse de notre voiture ???)

En vrac, voici ce que j’ai retenu de très important de ce reportage :
- On roule à gauche. Hé oui pour ceux qui l’avaient oublié, mais rassurez vous c’est très facile de prendre une voiture Japonaise en main. N’est ce pas Thierry ?
- Au Japon les rues sont étroites et il faut faire gaffe. Disons qu’en dehors des grandes avenues très larges qui quadrillent en général une ville japonaise, le reste est constitué de petites rues étroites où il est difficile de se croiser à deux, surtout avec les poteaux électriques qui poussent sur les bords. Heureusement à chaque intersection il y a des miroirs pour vous aider à savoir si une horde d’écoliers à bicyclette arrive ou pas !
- « faisez » gaffe au vélos et aux passages à niveau. Il y en a beaucoup au Japon.
- Le panneau « とまれ" signifie STOP !
- Il est interdit de conduire après avoir bu de l’alcool. Ceci explique peut être les myriades de taxis circulant dans les villes du Japon.
- Dans un carrefour on tourne par devant, et pas comme en France ou une règle stupide vous fait tourner par l’arrière du véhicule qui vient en face, ce qui fait que s’il y a plus de 2 voitures, tout le carrefour est bouché ! Tout compris ?
- Pour vous entraîner il faut les premières fois rouler avec un(e) Japonais(e). S’entraîner à quoi ?
- la vitesse est en général limitée à 60 km/h sur toutes les routes et à 80 sur les autoroutes…Mais comment fonctionne donc ce #!%&#%&! de régulateur de vitesse ???
- Si vous avez un accident/accrochage, crier JIKO (accident) pour attirer l’attention, au cas ou personne ne vous aurait vu emboutir le distributeur de boisson judicieusement placé à l’angle du carrefour.
- Si vous êtes pris en flagrant délit de trucs interdit, ne pas essayer de corrompre le gentil monsieur avec une casquette ; à moins que pour une étude sociologique vous ne désiriez visiter une prison japonaise.
- Avoir une assurance : C’est mieux.
- le numéro de téléphone de la police est le 110.


Mais à mon avis, le plus important c’est de ne pas écraser les tanukis !!! 

touchez pas au tanuki !

Repost 0
Published by Lui - dans conduire
commenter cet article