Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

C'est qui nous?

nous c'est les aventures de ELLE et LUI à Okayama au Japon

*

dernières news
 (juin 2011) :

Okayama c'est ELLE, LUI, petite ELLE et maintenant petit LUI !!

*

Un voyage au Japon prévu cette année ... ? On espère...


*

pour nous contacter c'est par ici...

Au cas où tu voudrais des infos précises, une recette de cuisine, un avis politique, ... si tu veux des sous va voir ailleurs !

On continue de répondre à tous les émails, alors n'hésitez pas

(mis à jour en 2012). 

Trouver

Site à l'usage des hypothétiques futurs habitants français à Okayama et des autres curieux...

Mois Par Mois

météo aujourd'hui

météo du jour à Okayama

6 février 2006 1 06 /02 /février /2006 10:15

Au japon, il y a souvent des tremblements de terre… enfin, il paraît. Ici à Okayama c'est une zone très stable et nous n'avons senti qu'une petite secousse en plus d'un an! Il existe néanmoins un certain nombre de systèmes de sécurité dans les habitations très pratiques (en relation ou non avec les tremblements de terre il me semble) et que l'on ne trouve pas en France, du moins pas dans les divers appartements que j'ai occupé.
Ainsi :
Il existe un système anti-secousse dans le chauffage à pétrole : dès qu'on le bouge, il s'éteint, ce qui n'est pas très pratique pour nous car vu qu'on en a qu'un, on le change souvent de pièce.
Le petit radiateur électrique de la salle de bain, lui, ne s'éteint que s'il ne touche plus le sol mais se rallume dès qu'on le repose.
L'eau s'arrête si elle coule plus de 40 minutes (j'ai réduis la durée de ma douche de moitié ;-))
Le gaz est coupé après 3 heures d'utilisation d'affilée: vous voulez mon avis ? ceux qui ont inventé ce système ne cuisinent pas souvent de bœuf bourguignon !!!! Malheureusement, ici, moi non plus (vous avez vu le prix du vin?).

Le Green Palace et notre chambre au-dessus du videDans les hôtels, il y a systématiquement une lampe de poche qui s'allume quand on l'ôte de son socle. Normalement, on devrait en avoir aussi un à la maison mais on est pas très prévoyant. Il faut dire que ça nous avait vraiment rassuré d'en avoir une quand on a ressenti des secousses dans notre chambre du Green Palace à Tokyo !!! (voir la photo).
Repost 0
3 février 2006 5 03 /02 /février /2006 02:12

Aujourd'hui, c'est Setsubun. Cette fête à lieu la veille du 4 fevrier, qui est le premier jour du printemps (Risshun).

C'est une fête d'exorcisme qui sert à chasser les démons. Pour cela, on jette leur jette des haricots de soja en criant " Oni wa soto, Fuku wa uchi" (les démons dehors, le bonheur à la maison). Cette cérémonie de jeté de haricot s'appelle "mame maki". Les enfants se déguisent avec des masques de démon et on les poursuit à coup de graines de haricot. Il est de règle ensuite de ramasser et de manger autant de haricot que son âge. Si j'ai bien compris les explications de notre professeur de japonais, les gens maintenant ne veulent plus manger les graines qui ont trainé partout dans la maison alors au lieu de jeter les haricots, il jettent des sachets de haricots, comme ça ces derniers restent propres à l'intérieur! Ça me parait un peu dangereux comme pratique! 

Une autre tradition consiste à manger un makizushi entier (pas coupé en tranche) en regardant dans une certaine direction. Cette année c'est sud-sud-est! 

Bon Setsubun à tous!!

Setsubun, haricots pour mamemaki Setsubun, masques et haricots

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Nous - dans vivre
commenter cet article
1 février 2006 3 01 /02 /février /2006 09:50

Aujourd'hui je parle d'un plat que j'adore mais qui n'est pas du tout japonais!!!! 
C'est le Yakiniku, littéralement viande grillée, qui vient de Corée. C'est un barbecue (encore un) mais de table. Il y en a partout mais tous ne se valent pas. Certains sont au gaz, d'autres au vrai charbon de bois, ça dépend.  La viande est coupée en petits morceaux, on la fait cuire sur la grille et on la trempe dans une sauce épicée. Accompagnée de riz (biensuuuuuur), de soupe miso, c'est un délice! J'ai vu, dans un blog, quelqu'un qui avait ça en horreur. C'est vrai qu'il faut faire attention quand on commande. La carte est naturellement illisible, mais on peut s'en sortir en repérant deux ou trois trucs. Moi j'ai repéré le Karubi, c'est de la viande de bœuf, un délice. Et puis si on choisit bien son restaurant, on peut se faire aider! Si la personne qui prend la commande se tient brusquement le cœur ou le ventre en vous entendant, ça n'est pas forcément sous le coup de l'émotion mais peut être parce que le "joli kanji là ça doit être bon non?" c'est du cœur de volaille, de la tripe de porc, de l'estomac de chépakoi ! on peut faire cuire aussi des fruits de mer et des légumes, d'ailleurs en général il y en a avec la viande. Ce qui est surprenant c'est que la plupart du temps c'est du chou! Vous avez déjà essayé de faire cuire du chou au barbecue vous???

Repost 0
Published by Elle - dans manger
commenter cet article
31 janvier 2006 2 31 /01 /janvier /2006 09:46

Dans ce blog/site, j'essaie plutôt de décrire la vie japonaise dans la préfecture de Okayama, les coins à visiter, les trucs à manger, les trucs utiles, … et j’évite de sortir du sujet en donnant des anecdotes trop personnelles ou hors sujet.

Mais quand je suis tombé sur cette affiche je me suis dit que je devais vous la montrer.
Que faut il en penser ? Est-ce la vision d’une méga-multinationale (Loréal pour ne pas la citer) de  la beauté à la japonaise. Ou bien c’est comme ça qu’elle voudrait voir la nouvelle femme japonaise ? Est-ce un délire d’artiste ?… 
En fait j’en sais rien, mais une chose est sure je trouve ça horrible, et si le kimono donne généralement une belle allure et un certain standing, c’est loin d’être le cas ici…Miss choucroute, parce qu'elle le vaut bien

Repost 0
Published by Lui - dans vivre
commenter cet article
29 janvier 2006 7 29 /01 /janvier /2006 11:23

Takahashi est une petite ville enclavée entre les montagnes à une cinquantaine de km au nord-ouest de Okayama (route 180 qui longe la rivière Takahashi, carte).Takahashi vue depuis l'ascension vers le château

Takahashi serait une ville japonaise quelconque si elle n’avait sur sa commune le plus haut château féodal du japon, le Bitchu-Matsuyama-jo 備中松山城Il ne faut pas compter s’y rendre à pied, en effet 3,5 km d’une route qui grimpe sans arrêt vous mène au parking (pour ceux qui viennent en train, avec du temps on peut monter à pied, c’est possible quand même). Après cela encore 15 minutes d’ascension pour enfin se trouver face au premier rempart du château. Seule la partie principale du château a été restauré. Bien moins imposant que le château de Himeji, le Bitchu-Matsuyama-jo est un joli petit édifice tout en bois. Mais l’ensemble reste surtout très impressionnant par sa situation géographique. Construit tout au sommet de la montagne, vous avez une vue vertigineuse sur la rivière Takahashi 400 mètres plus bas. Au loin vous pouvez apercevoir les sommets enneigés (en ce moment c’est l’hiver, bien sur) de hautes montagnes du Nord de Okayama Ken (peut être les Monts Hiruzen ?).

plan du château

La ville de Takahashi est également connue pour le temple Raikyu-ji (頼久寺). Ce très ancien temple japonais (1339) renferme de nombreuses pièces et également un magnifique petit jardin zen. A mon avis le grand intérêt de ce jardin, c’est que contrairement à ceux de Kyoto (surchargés de groupes et de touristes en short), vous pouvez vous y retrouver seul, contempler et vraiment ressentir un certain apaisement (visitez le au mois de janvier, là c’est sûr que vous serez seul, et mettez de bonnes chaussettes car on se déchausse à l’entrée).

jardin zen du temple Raikyu-ji

Enfin, à Takahashi il y a également d’autres anciens bâtiments à visiter comme le musée de la maison du samouraï (高梁市武家屋敷館) et une ancienne maison de marchand (高梁市商家資料館池上邸 ) plus quelques autres petits temples…Voila de quoi occuper une bonne journée en plein cœur d’un Japon d’une autre époque.

Repost 0
26 janvier 2006 4 26 /01 /janvier /2006 09:45

Aujourd’hui je parle d’un monument national japonais. 
Si vous passez au Japon et si vous avez une petite conversation avec un autochtone, il vous dira 2 choses « pour manger avec des baguettes, c’est OK ? » et « le natto, vous en mangez ? ».

Nous y v’la ! Pour les japonophiles, le natto vous savez déjà ce que c’est, passez votre chemin pour les autres, restez et accrochez vous à quelquechose ! En deux mots, le natto c’est fabriqué à partir de soja. En France, le soja on en mange peu. Il y a les germes de soja que certains mettent dans la salade de l’été, on peut aussi en croiser 2 ou 3 bouts flottant sous forme de tôfu dans une soupe miso quand on va au restau japonais du coin. Au Japon le soja on en consomme beaucoup sous forme de graines, de germes, de tofû frais, grilles, bouilli, frit…et sous la forme de natto. Comment décrire le natto ?!? Heu…

Scientifiquement :
composition : graines de soja fermentées avec une bactérie; Bacillus subtilis. Texture : gluante et visqueuse. Odeur : 9,5 sur une échelle de 10. Utilisations : nourriture, consommé par les populations en Asie de l’Est. Peut aussi servir de répulsif  à Tanukis.

Façon amateur de cuisine japonaise :
le natto est un délice à consommer sans modération avec le riz, dans les soupes au miso ou avec les légumes. Tartiné sur de la baguette fraîche, il remplace judicieusement les fromages forts ! Vin pour accompagner : un truc très fort !

De mon point de vue :
ça a une très forte odeur de fermentation. Impossible à décrire, il faut mettre son nez dessus (pas trop près quand même). Visuellement, j’aime pas vraiment, on dirait quelquechose de mal digéré ou de régurgité…le goût, bah, c’est assez fort, mais c’est mangeable, mais on ne peut pas dire que j’aime vraiment. Si j’en mangeais depuis mon enfance, je suis sur que je serai fan !

Du point de vue de Elle :
Ca ne me semble pas fermenté mais plutôt pourri !!! Pourquoi ils ont inventé un truc pareil ?

Pour conclure, il faut absolument goûter le natto (sauf contre indication de votre médecin).
Enfin, juste pour pas me fâcher avec les Japonais que je connais, je leur dis simplement ça : « Chacun son truc ! En terme de nourritures qui ont une odeur ou un aspect pouvant vous faire reculer, je préfère le munster, le roquefort, les fromages corses !  Je vous laisse le natto. D’accord ? Sans rancune ». 
 

 


A TABLE ! 

 

 

:-)

Repost 0
Published by Lui - dans manger
commenter cet article
25 janvier 2006 3 25 /01 /janvier /2006 09:39

machine à laver japonaiseAujourd'hui, je parle électroménager… et plus particulièrement des machines à laver, car au japon elles sont légèrement différentes de celles que l'on trouve en France.
Tout d'abord elles lavent à l'eau froide, ça c'est vraiment surprenant! Si l'on veut laver à l'eau chaude, il faut y mettre l'eau du bain! Malheureusement je n'ai pas compris comment faire.
E
t puis, aussi, le tambour est dans l'autre sens, elles sont bien plus grosses que les machines françaises et elles essorent très très bien (trop bien?). Le problème, c'est les commandes qui sont encore plus compliquées que le tableau de bord du dernier airbus!!! Moi je ne connais qu'un seul bouton (au bout d'un an quand même) c'est le gros vert sur lequel il est écrit "start", ça tombe bien que j'ai réussi à déchiffrer celui-ci et pas, par exemple, "essorage spécial futon" ou un truc du genre….
Tiens l'autre jour, comme je fais d'énoooormes progrès en japonais, j'ai repéré comment on écrivait "okonomiyayi" sur une carte de resto (vous vous souvenez de ce que c'est?). Alors Okonomiyaki ça s'écrit  お 好 み 焼 き et qu'est ce que je me dis? (attendez, ça va venir le rapport avec la machine à laver…) puisque Yaki, ça veut dire "griller" "Okonomi" ça doit vouloir dire "galette de choux" ou "grosse crêpe" (pas bête la fille) et qu'est ce que je m'aperçois????  - il y a un bouton Okonomi sur ma machine à laver!!!! Si regardez bien : お 好 み. Est ce que ma machine fabrique aussi les crêpes???.

En fait j'ai demandé, (quand même) : Okonomi ça veut dire "à son gré" le programme manuel tout bêtement!

Repost 0
Published by Elle - dans vivre
commenter cet article
24 janvier 2006 2 24 /01 /janvier /2006 10:44

Attention aujourd’hui l’article est un peu long mais il est captivant, avec un suspens qui va vous tenir en haleine jusqu'à la dernière ligne (peut être). En effet à la fin (Hé ho !! j’t’ai vu toi, il est interdit de lire la fin en premier) vous saurez si on a obtenu notre permis de conduire japonais…palpitant non ? 

Avant de pouvoir conduire notre petite auto, il a fallu que nous obtenions le permis de conduire japonais. En fait nous ne l’avons acquis que récemment, puisqu’en temps que Français, nous avons eu le droit de conduire une voiture au Japon pendant 1 année entière avec seulement une traduction légalisée de notre permis de conduire français. On peut obtenir cette traduction auprès du consulat français à Osaka par exemple, ce qui peut prendre plus d’une semaine avec l’aller retour des courriers, ou alors en 1 heure au bureau local de la JAF  à Okayama (Japan Automobile Federation, prononcer «djafu» http://www.jaf.or.jp/e/index_e.htm ). C’est ce que nous avons fait par exemple pour les personnes françaises nous ayant rendu visite ici et qui ont ainsi pu conduire notre voiture très rapidement (se renseigner au préalable auprès de son assurance en ce qui concerne la couverture des conducteurs tiers….)

Mais après 1 an de résidence au Japon, il faut obtenir le permis de conduire japonais. Alors, comment ça se passe, ou plutôt comment ça s’est passé pour nous ?!?

En fait c’est assez simple. Tout d’abord il faut se munir d’une très bonne amie japonaise qui parle français de préférence et qui va jouer les interprètes (merci pour tout K.). Nous (je veux bien évidemment dire K.) ;-) avons pris rendez-vous pour l’examen de notre dossier au « centre des permis de conduire » de Okayama. Vous devez prendre RDV entre 13h et 13h20 (ça c’est véridique), mais en fait c’est juste l’heure à laquelle vous devez vous présenter et comme il ne font passer que 4 étrangers par jour, c’est pas la cohue ! On avait apporté les différents documents qu’on nous avait demandés au téléphone, à savoir 1 photo, la traduction de notre permis français, notre passeport, notre carte de résident étranger (je crois que c’est tout).
Le « centre des permis de conduire » de Okayama est très grand et très imposant, il ressemble un peu à une forteresse posée au sommet d’une montagne. Quand on sait en plus, que les gens qui travaillent là, font partie de la police japonaise, il y a de quoi être impressionné en entrant !

vos papiers s il vous plait 1

A 13H00 pile, les policiers prennent place tous en même temps derrière leur comptoir et vous pouvez vous avancer (ça rigole pas…). Au téléphone on nous avait dit que nous aurions un examen avec des questions. Ça nous avait un peu inquiétés ; On ne savait pas à quoi s’attendre ! Et si on n’obtenait pas le permis !? Qu’est ce qu’on ferait de notre voiture !? 
Effectivement nous avons eu tout un tas de questions, mais purement administratives …OUF !!! Comme, combien de leçons de code on a pris ? Quelle est la somme exacte qu’on a payé (en Yens) pour passer le code, la conduite ? Quel jour on a pris les photos que nous apportions ? Dans quel bâtiment administratif on a passé le code ? …Bref, vraiment que des questions ayant un rapport avec note maîtrise d’un véhicule et notre aptitude à conduire ;-) et auxquelles il est vraiment pas facile de répondre quand on a passé son permis il y a …hou lala, déjà tout ça ! 

Finalement, je n’ai pas eu mon permis de conduire japonais, parce que mon permis français était trop abîmé (comment ça ? déchiré en 3 c’est pas valable ?) et mon passeport était trop neuf !?! Oui en fait, il fallait que je puisse avec mon passeport, justifier que j’étais résident en France pendant au moins 1 an avant mon arrivée au Japon. Ayant renouvellé celui-ci juste avant de venir, c’était pas bon…Alors depuis je conduis sans permis, hé non ! C’est une blague (à ne pas faire quand on est face à un policier japonais !). Non, j’ai fait refaire en France mon permis de conduire français et OOHH grande chance, j’avais conservé mon ancien passeport où figurait toutes mes entrées et sorties de territoires.

Le temps de refaire mon permis français, ELLE m’a donc servie de chauffeur à plein temps. Hé oui ! ELLE a eu son permis du premier coup. Mais, car il y a toujours un mais, son passeport ne datait que de 3 mois avant notre arrivée au Japon. Conclusion (hé hé), les policiers japonais l’ont considérée comme une débutante (entre nous, je vois toujours pas le rapport entre la durée de résidence en France et le fait d’être ou non un conducteur débutant, mais bon, les voies de l’Administration sont impénétrables !!!) et ELLE est obligée de le signaler en mettant sur la voiture, à l’avant et à l’arrière, la magnifique flèche jaune et verte que vous pouvez voir ci-dessous.

vos papiers s il vous plait 2


et maintenant Vroummmmmmmmmmmmmmmmmmmm!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Repost 0
Published by Lui - dans conduire
commenter cet article
23 janvier 2006 1 23 /01 /janvier /2006 07:06

Si tout le Nord du Japon subit cet hiver de fortes chutes de neige, ici à Okayama, le temps est sec et il fait très beau. Hier nous sommes donc allés au bord de la mer faire un barbecue d'huîtres !!! Héhé, je vois déjà d'ici vos airs interrogateurs !?

Mais situons d’abord la scène ; Nous sommes allés vers le petit port de Hinase (carte) qui est connu dans la région pour avoir un marché couvert aux poissons accessible à tout le monde et pour ses parcs à huîtres (ci-dessous).


De nombreuses personnes de Okayama, mais aussi des touristes venant de plus loin (nous avons vu des plaques d’immatriculation de Kobe, Iroshima, Kyoto et même de Tokyo, mais celui-là devait être paumé ! ) viennent donc à Hinase pour acheter du poisson et des fruits de mer très frais tout juste sortis des bateaux, mais aussi pour déguster des spécialités dans un des stands ou un des restaurants entourant le marché. Nous y étions déjà allés l’année dernière, pendant la saison des anguilles, et nous en avions dégustés.

Mais hier, accompagnés d’amis japonais qui connaissent les bonnes adresses, nous avons tout d’abord acheté quelques douzaines d’huîtres et des coquilles St Jacques sur le marché puis nous nous sommes dirigés de l’autre côté du parking du marché. Là, dans l’arrière cour d’une petite boutique, on met à votre disposition (moyennant quelques centaines de yens) des barbecues, assiettes en carton, etc.
Il n’y a plus qu’à poser vos huîtres sur le barbecue et attendre qu’elles s’ouvrent toute seule, cuite à point ; Plus de risque de s’ouvrir la main avec un couteau.

 

 

 

Pour nous autres, Français, manger des huîtres cuites est assez inhabituel et manger des huîtres au barbecue est vraiment une drôle d’idée !
Mais bons sang, qu’est ce que c’est bon !!!

Repost 0
19 janvier 2006 4 19 /01 /janvier /2006 10:52

Dimanche dernier, après un samedi bien pluvieux, nous sommes partis, sans programme précis, un peu au hasard en promenade avec notre petite auto. Les divinités shinto étaient sûrement avec nous puisqu’elles nous ont conduits en direction du temple de Kibitsu, où un grand nombre de voitures stationnées a attiré notre attention.
Une fois dans l’enceinte du temple, dans un petit pavillon, nous avons pu assister à une compétition de tir à l’arc. J'ai fait des recherches sur Internet, parce que j'avoue qu’en terme de sports, c’est comme pour les bols laqués, j’y connais rien !!! Donc ce genre de tir à l’arc s’appelle le kyudo, et est considéré comme un vrai art martial où le mental et aussi important que le physique. Il y a même une fédération française de kyudo !
le champ de tir
Ce fut un vrai spectacle que de regarder ces jeunes japonais(es). Nous sommes restés là une bonne demi-heure. Ils semblaient très concentrés et chaque position du corps, des pieds, des mains semblait répétée pour atteindre la perfection.

bien alignés !

Repost 0